Auteur : St-Martin Pichette, Julie

Appel de candidatures – Poste de professeure, professeur – Pédagogie inclusive et didactique au préscolaire/primaire

À L’ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES

POSTE DE PROFESSEURE, PROFESSEUR

EN ENSEIGNEMENT DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES : PÉDAGOGIE INCLUSIVE ET DIDACTIQUE AU PRÉSCOLAIRE/PRIMAIRE

Veuillez consulter l’affichage officiel du poste (celui-ci contient des détails importants et nécessaires)

L’UQAM recherche des candidates et candidats qualifiés afin de renouveler son corps professoral et assurer un développement de qualité dans tous ses domaines d’activité.

La personne candidate aura une connaissance générale des théories et des pratiques contemporaines, de même que du contexte social et culturel actuel en art et en éducation. Son dossier témoignera d’une expérience polyvalente dans l’utilisation des approches pédagogiques inclusives en enseignement des arts, ainsi que dans la supervision de stages en milieu scolaire. Elle possèdera des connaissances spécifiques des processus d’apprentissage, des modèles et des stratégies d’enseignement, ainsi que de diverses approches pédagogiques en éducation. Elle connaîtra aussi les fondements de l’enseignement des arts visuels et médiatiques, les programmes et les milieux scolaires du préscolaire/primaire, de même que les documents ministériels et la recherche qui abordent l’adaptation aux besoins particuliers des élèves. Elle aura expérimenté des méthodes didactiques et des approches pédagogiques inclusives dans le domaine des arts, plus précisémment avec diverses populations aux besoins particuliers.

DATE D’ENTRÉE EN FONCTION : 1er JUIN 2022

TRAITEMENT : Selon la convention collective UQAM-SPUQ

L’Université du Québec à Montréal souscrit à un programme d’accès à l’égalité en emploi. De ce fait, elle invite les femmes, les Inuit, Métis ou les membres des Premières Nations, les membres des minorités visibles, des minorités ethniques et les personnes en situation de handicap à soumettre leur candidature. Nous encourageons les personnes qui s’identifient à l’un ou l’autre de ces groupes à remplir le Questionnaire d’identification à la présente adresse et à le joindre à leur dossier de candidature : www.rhu.uqam.ca/visiteurs/egalite/QuestionnaireAccesEgalite.pdf

Nous encourageons toutes les candidates, tous les candidats qualifiés à postuler. Conformément aux exigences canadiennes en matière d’immigration, la priorité sera toutefois accordée aux Canadiennes, Canadiens ainsi qu’aux résidentes, résidents permanents. Ce critère n’est pas une priorité au sens des conventions collectives applicables.

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir les documents suivant : un curriculum vitae en français, détaillé, daté et signé, une lettre de présentation faisant part de la pratique de la personne candidate, de son intention de contribuer aux domaines de création et de recherche de l’École ainsi que de sa capacité à donner des cours de nos programmes (maximum : 750 mots), un dossier documentaire sur la pratique professionnelle, la recherche et la création accompagné d’une liste descriptive des documents visuels, une liste des publications et communications, ainsi que les noms et les coordonnées de trois personnes en référence, le tout en format numérique, AVANT LE 7 JANVIER 2022, 17h, à :

Madame Laurence Sylvestre, directrice jusqu’au 31 décembre 2021

OU

Madame Christine Major, directrice dès le 1er janvier 2022

École des arts visuels et médiatiques
Courrier électronique : direction.eavm@uqam.ca

Nouvelle professeure à l’EAVM – Kim Waldron

NOUVELLE PROFESSEURE À L’ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES


L’École est heureuse d’accueillir et de vous présenter Kim Waldron au poste de professeure « Pratique artistique : approche critique de l’image photographique »

Dans ses séries photographiques, elle utilise son image qui devient un personnage caractérisé par des mises en situation et des contextes aux enjeux variés. Elle travaille présentement sur la relocalisation de sa corporation Kim Waldron Ltd. ouverte à Hong Kong en 2016. Dans sa série photographique intitulée Made in Québec (2015), elle prend la place de travailleurs chinois, à Beijing et à Xiamen. Dans Beautiful Creatures (2010-2013), à Terre-Neuve, elle transforme scrupuleusement six animaux en repas, prenant en charge jusqu’à leur abattage et la boucherie de leur chair. Au-delà du genre de l’autoportrait à quoi il est tentant de les résumer ou de les réduire, ses images sont révélatrices des inégalités de genre et des rapports de pouvoir asymétriques dans des situations où les projections fantasmatiques rejoignent la réalité.

C’est le cas également dans le projet Public Office (2014-2015) avec lequel elle a davantage voulu porter sa voix dans l’espace public durant la campagne électorale fédérale de 2015, en tant que candidate indépendante dans la circonscription de Papineau. Comme dans ses projets antérieurs, l’image et la performance sont ici des outils heuristiques et esthétiques qui, de surcroit, entrainent sa pratique sur des tribunes qui excèdent le monde de l’art.

Crédits : Vue de l’exposition VOX, centre de l’image contemporaine, MOMENTA | Biennale de l’image (2017)

Photo : Paul Litherland, installation d’œuvres d’art du projet Kim Waldron Ltd.

Professeure invitée en résidence – 2021-2022 – Marilou Lemmens


Richard Ibghy & Marilou Lemmens, 1+1+1=1, 2021. Série de 15 sculptures, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), Montréal. Photo : H&S

L’École des arts visuels et médiatiques est heureuse d’accueillir et de vous présenter Marilou Lemmens au poste de « Pratique singulière : artiste ou pédagogue en résidence » pour l’année 2021-2022.

Fondamentalement indisciplinée et collaborative – elle travaille en duo avec Richard Ibghy –, la pratique artistique de Marilou Lemmens se manifeste dans des expositions qui donnent forme à des catalogues spéculatifs, des matérialisations de diagrammes, des livres d’artistes qui chacun sont une aventure unique et des situations qui nécessitent des « désapprentissages ».

Se développant autour d’une exploration attentive et critique des forces qui modulent la vie contemporaine, ses œuvres mettent l’accent sur l’abstraction comme processus et comme forme de représentation, et abordent ses dimensions économiques, sociales et formelles. Ces mêmes préoccupations l’amènent à développer un travail portant sur la corporéité et la matérialité de l’existence, notamment en lien avec le travail.

Ses recherches ont prêté une attention particulière à l’histoire et au pouvoir des sciences et des savoirs, incluant le langage de l’économie, la performativité des statistiques, la capacité des modèles à influencer l’avenir, l’esthétique de la visualisation des données et le design des expériences en laboratoire. Plus récemment, ses projets déploient un élargissement des concepts d’hospitalité, de soin et de communication entre les espèces, et interrogent l’assemblage de pratiques et de technologies qui font de la terre une chose que l’on peut posséder et investir.

Exposition – Habiter la fenêtre

Habiter la fenêtre
Mélanie Désourdy, chargée de cours à l’ÉAVM
Du 8 juillet au 3 août 2021

CCGV – Centre culturel Georges-Vanier

Vernissage: le 8 juillet, de 18h à 20h 
Afin de respecter les mesures sanitaires, le vernissage aura lieu à l’extérieur devant le CCGV et les visiteurs pourront admirer l’installation de Mélanie Désourdy un maximum 5 personnes à la fois.

Présence de l’artiste: le 11 juillet, de midi à 17h
Venez rencontrer Mélanie Désourdy, lui poser vos questions et en apprendre plus sur sa pratique artistique.   

Printemps 2020,
Confinée,
Emmurée,
Mais pas tout à fait étouffée. 
 
Mon intérieur intime guette cet extérieur, désormais inquiétant, par une constante : la fenêtre de mon habitat. 
 
La quête de la lumière, la recherche du monde extérieur, le dialogue avec mon autre se résument alors par le déplacement du regard vers mon seul repère : les ouvertures vitrées.

 
Dans le cadre de cette installation in situ, par l’entremise de la tapisserie de carton, c’est la lumière qui devient centrale. La fenêtre, désormais habitée par les tableaux-rideaux, tableaux-vitraux, est à la fois cachée et mise en valeur. Les tableaux dialoguent avec le lieu, avec la lumière à la fois extérieure et intérieure. 

La fenêtre n’est plus cet espace anodin, c’est un quotidien revisité et recomposé par les passants, le mouvement, le jour, la nuit et de toutes les nuances de l’ombre et de la pénombre.
 
Les œuvres présentées sont en changement perpétuel en fonction des caprices du soleil et des variations lumineuses. La transfiguration est constante, le jeu permanent, la surprise instantanée !

Mélanie Désourdy

Artiste originaire de l’Estrie, Mélanie Désourdy pratique la peinture et le photomontage depuis vingt ans et plus récemment l’installation. L’accumulation de tableaux modulables devient, pour l’artiste, un prétexte au plaisir du jeu. Entre la miniature, qui force au rapprochement intime, le monumental qui permet d’appréhender les éléments dans leur ensemble et le travail in situ qui dialogue avec le lieu, l’artiste traite avant tout du pictural.

L’artiste détient une Maîtrise en arts visuels et médiatiques, volet création (UQÀM, 2019), un Baccalauréat en arts visuels (UQÀM, 2009), ainsi qu’un Baccalauréat en enseignement des arts plastiques de l’École des arts visuels de l’Université Laval (1998). L’artiste travaille et vit à Montréal.

https://www.ccgv.ca/formation/exposition-du-8-juillet-au-3-juillet-2021/

Nouvelle professeure à l’ÉAVM – Véronique Chagnon-Côté

L’École des arts visuels et médiatiques est heureuse d’accueillir et de vous présenter Véronique Chagnon-Côté au poste de « Pratique artistique : la peinture ».

Les recherches en peinture de Véronique Chagnon Côté visent à comprendre la phénoménologie de notre perception de l’espace. Par l’éclosion d’images qui tantôt disparaissent en un clic, l’ubiquité des temporalités, la permanence et l’évanescence de lieux et d’expériences, l’espace nous glisse entre les doigts, impossible à piéger, sauf peut-être à travers la pratique de la peinture. Ainsi, Chagnon Côté privilégie le concept du paysage comme genre en peinture afin de décomposer certains archétypes de notre réalité lié à l’espace. Elle utilise son expérience vécue de la nature et de l’architecture pour créer des images documentant notre époque synchronique tout en inversant l’ère du temps, soit, en prenant le temps de s’arrêter, de s’attarder, de résoudre la logique du tableau. Plusieurs stratégies sont combinées sur la surface: création de faux sites, imbrication de multiples espaces, renvoi à l’histoire de la perspective, renversement des points de vue et de contradictions spatiales ou encore, des références variées aux époques architecturales. Dans ce syncrétisme et ces hétérotopies, tout se conjugue pour déjouer la perception du spectateur qui plonge son regard dans ces environnements incertains. Ces prochaines recherches se concentreront sur les notions d’affects et de percepts de l’architecture et ses lieux, explorant des pistes féministes.

https://www.veroniquechagnoncote.com/

La diplômée Maryam Eizadifard (M.A. arts visuels et médiatiques, 2019) est la récipiendaire de la Résidence Intersections de recherche, création et diffusion, première édition 2021

L’artiste Maryam Eizadifard, crédit: Experimental Film Society

Nouveau partenariat entre le Conseil des arts de Montréal, l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQÀM et le centre d’art contemporain OPTICA : Résidence Intersections

Le Conseil des arts de Montréal (CAM), le Centre d’art contemporain OPTICA et l’École des arts visuels et médiatiques (ÉAVM) de l’UQÀM sont heureux d’annoncer que Maryam Eizadifard est la récipiendaire de la Résidence Intersections de recherche, création et diffusion, première édition 2021.

Maryam Eizadifard s’intéresse aux notions d’espace et de temps, inhérentes à l’immigration et au déracinement. Elle explore la nature transitoire des lieux et leur impact sur la mémoire et le corps. Ces expérimentations nourrissent le concept de « ville-corps » qu’elle a développé. Dans le cadre de la résidence, Eizadifard compte poursuivre sa réflexion sur le mouvement migratoire et le statut d’immigrante, inspirée de ses explorations sur la psychologie du corps en relation avec l’espace et le corps en tant qu’espace habité et perçu comme une géographie.

Le jury de cette année, présidé par Iulia-Anamaria Salagor, chargée de projets – diversité culturelle dans les arts du Conseil des arts de Montréal, était composé de Romeo Gongora, professeur à l‘ÉAVM, Marie-Josée Lafortune, directrice du centre d’art contemporain OPTICA et de la commissaire Mariza Rosales Argonza.

La Résidence Intersections de recherche, création et diffusion récompense des artistes émergent.es, issu.e.s de l’immigration (de première ou de seconde génération), qui sont membres des minorités ethniques ou visibles et récemment diplômé.e.s de la maîtrise à l’ÉAVM.

Pour plus d’informations sur la Résidence Intersections de recherche, création et diffusion, veuillez consulter le site: https://eavm.uqam.ca/babillard/appel-de-candidatures-intersections-residence-de-recherche-creation-et-production/

LIENS UTILES

Site web de Maryam Eizadifard
http://maryamizadifard.com

Étudier à l’ÉAVM
https://eavm-m.uqam.ca

Conseil des arts de Montréal
https://www.artsmontreal.org/fr

OPTICA, centre d’art contemporain
http://www.optica.ca

Exposition de l’artiste peintre Julie Ouellet

Exposition de l’artiste peintre Julie Ouellet

au 1700 La Poste

du 23 avril au 18 juillet 2021.

Un important catalogue accompagne l’exposition comprenant les textes de Ginette Michaud et de Mario Côté, professeur retraité de l’École des arts visuels et médiatiques, sous la direction artistique d’Isabelle de Mévius.

Un documentaire réalisé par Bruno Boulianne accompagne l’exposition.

Julie Ouellet a terminé ses études au programme de maîtrise de l’UQAM en 2019. Il s’agit de la première rétrospective du travail de l’artiste qui offre un parcours sur plus de 20 ans. Empruntant à diverses techniques associées au dessin, les œuvres de Julie Ouellet entrelacent et nouent gestes, codes et mots pour produire autant de petites surfaces intimes que de grands tableaux, tout en passant par des interventions in situ.

Le 1700 La Poste est située au 1700 Notre-Dame Ouest, Montréal, Québec.

Pour avoir accès à l’exposition, il faut réserver

en téléphonant au 438-384-1700

ou en écrivant à info@1700laposte.com

FRÉDÉRIQUE ULMAN-GAGNÉ | « BABA : PREMIER DIALOGUE »

Frédérique Ulman-Gagné 

Baba : premier dialogue

6 mai – 12 juin 2021

Occurence

Vernissage : afin de respecter les mesures sanitaires actuellement en vigueur, les vernissages sont malheureusement annulés pour l’instant.

La dernière décennie de notre Baba se sera tragiquement déroulée dans une seule pièce, celle d’un CHSLD de Montréal où tranquillement elle aura sombré dans la démence pour nous quitter graduellement, puis définitivement. Ce long séjour aura été marqué entre autres par la création d’une série d’oiseaux que Baba dessinait tous les jours dans des cahiers et sur des napperons. Dans cette petite pièce, nous avons écouté ma famille et moi, des extraits de récits confus dans lesquels s’entremêlent des souvenirs réels ainsi que des éléments plus fictifs, différents lieux et objets, plusieurs langues et toujours des oiseaux en fuite. Ces histoires parfois ludiques, confuses, tragiques, sensibles, historiques et poétiques de notre Baba sont à l’origine de mes plus récentes recherches en peinture et j’en présente ici un premier volet que j’ai imaginé comme un dialogue avec Baba.

Avec cette nouvelle installation de tableaux, je cherche une formule me permettant de superposer plusieurs espaces réels ou imaginés en créant une association poétique entre différents lieux intérieurs et extérieurs, une rencontre entre des espaces observés ou mnémoniques. Ces juxtapositions présenteront des banalités quotidiennes  ainsi que des événements historiques dans une énumération de lieux et d’objets retirés de leur contexte, sans hiérarchie, succombant ainsi à l’image d’une accumulation émotive d’informations confuses et assemblées.

BIOGRAPHIE

Frédérique Ulman-Gagné est née en 1982 à Montréal où elle vit et travaille. Elle est diplômée de l’Université Concordia (2007) et détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2010). Son travail a été présenté dans plusieurs expositions individuelles et collectives à Montréal notamment à la Galerie Les Territoires (2012), à La Centrale galerie Powerhouse (2013), à la galerie Dominique Bouffard (2016), à la galerie McClure (2017), chez McBride Contemporain (2020) et dans plusieurs maisons de la culture. L’artiste a aussi présenté son travail à Trois-Rivières à l’atelier Presse-Papier (2019), en France à la galerie RDV de Nantes (2014), en Islande à la SIM Gallery (2013) et À Brooklyn à la gallerie de la NARS Foundation. Elle a réalisé plusieurs résidences à Reykjavik à la Samband Islenska myndlistarmanna (2013), à St-Jean-Port-Joli au centre Est-Nord-Est (2014), à Brooklyn à la NARS Foundation (2018) et au Vermont Studio Center (2019). Ses projets ont été soutenus par plusieurs bourses des conseils des arts québécois et canadien. Ses tableaux font partie de plusieurs collections privées.

frederique-ulman-gagne.com

Le nouveau film de Thomas Corriveau présenté à ANNECY 2021

Le nouveau film de Thomas Corriveau, professeur à l’École des arts visuels et médiatiques, sera présenté au prestigieux Festival international du film d’animation d’Annecy 2021, en France. Ce film d’animation, intitulé They Dance With Their Heads / Ils dansent avec leurs têtes, fera partie de la Compétition officielle des courts métrages du festival. Les 44 films retenus dans cette compétition ont été sélectionnés parmi plus de 2 700 propositions soumises au festival, en provenance de près d’une centaine de pays. ANNECY 2021 se tiendra du 14 au 19 juin 2021. Il s’agira de la première mondiale du film et de la seconde présence de Thomas Corriveau à Annecy : son film précédent, La Bêtise, y avait été présenté dans la section Off-Limits en 2018.

Pour voir la fiche du film à Annecy : cliquer ici

Pour des informations sur le film et pour visionner la bande-annonce : cliquer ici

L’École des arts visuels et médiatiques

Partie intégrante de la Faculté des arts de l’UQAM, qui regroupe les études en musique, danse, théâtre, design, littérature et histoire de l’art, l’École des arts visuels et médiatiques s’est donné le mandat de renouveler et de transmettre, au sein de la société québécoise, la vitalité des savoirs émergents de la pratique de l’art et de la pensée sur l’art.

Suivez-nous

Coordonnées

École des arts visuels et médiatiques
Local J-4075
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4